Le Flic de Beverly Hills 4 sur Netflix : un retour nostalgique qui peine à captiver

La tentative de raviver la flamme des années 80 par Jerry Bruckheimer, avec la sortie sur Netflix de "Le Flic de Beverly Hills 4", semble s'inscrire dans une dynamique de nostalgie similaire à celle observée dans "Top Gun : Maverick".

Retour vers le passé : une nostalgie qui s’essouffle #

Cependant, contrairement à Maverick, ce nouvel opus avec Eddie Murphy peine à renouveler son charme et tombe dans les travers d’un divertissement peu inspiré, rappelant les récentes déceptions de « Bad Boys 3 » et « Bad Boys 4 ».

Les références musicales, telles que le célèbre « The Heat Is On » de Glenn Frey, et le retour du thème d’Harold Faltermeyer, n’offrent qu’un bref rappel des jours de gloire, rapidement assombri par une réalisation qui ne se démarque pas significativement des productions typiques de Netflix. La mise en scène de Mark Molloy, bien que fonctionnelle, manque cruellement d’originalité et de dynamisme.

Umbrella academy saison 4 : ce que vous réserve le dernier chapitre de la série sur netflix

Une mise à jour nécessaire mais insuffisante #

Le film tente d’aborder des thèmes contemporains à travers des dialogues parfois lourds sur les tensions raciales et les enjeux de la police moderne. L’introduction de personnages comme la fille de Foley, une avocate, aurait pu apporter un souffle nouveau, mais le traitement reste superficiel. La question de l’adaptation des vieux héros à notre époque est soulevée mais jamais pleinement exploitée, laissant un goût d’inachevé.

À lire Le retour inattendu de Crazy Frog avec Eddie Murphy dans la promotion de « Beverly Hills Cop 4 » : découvrez les détails

Les scènes d’action, censées être spectaculaires, souffrent d’un rythme inégal et d’un manque d’innovation, donnant l’impression d’une recette éculée réchauffée pour l’occasion. Les cascades et explosions, bien que correctement réalisées, ne suffisent pas à masquer les faiblesses du scénario et de la direction.

Le charisme d’Eddie Murphy, un atout sous-exploité #

Eddie Murphy, retrouvant son rôle iconique, apporte indéniablement un certain charme et un humour qui rappellent pourquoi Axel Foley est tant apprécié. Cependant, même son énergie ne parvient pas à surmonter complètement les limitations d’un script qui ne lui offre pas assez d’espace pour briller véritablement.

Sandman saison 2 : le casting révélé de Loki, Odin et Thor annonce une trame fascinante

La relation entre Murphy et les nouveaux personnages, notamment Joseph Gordon-Levitt en jeune policier, avait le potentiel d’explorer de nouvelles dynamiques. Pourtant, ces interactions manquent souvent de profondeur et ne réussissent pas à renouveler la franchise de manière significative.

Points à retenir :

À lire À 63 ans, Eddie Murphy revient dans « Beverly Hills Cop: Axel F » : comment l’âge influence-t-il son jeu d’acteur ?

  • La nostalgie ne suffit pas toujours à compenser les déficits de créativité et d’innovation.
  • Les tentatives d’aborder des sujets modernes sont louables mais réalisées avec une timidité qui frustre plus qu’elle n’informe.
  • Eddie Murphy reste un pilier central, mais même son talent a ses limites face à un matériel source faible.

En définitive, « Le Flic de Beverly Hills 4 » semble se perdre dans son propre hommage au passé, incapable de se connecter pleinement aux attentes et aux réalités d’aujourd’hui. Un visionnage qui pourrait plaire aux inconditionnels de la série pour son ambiance rétro, mais qui laissera probablement les autres spectateurs sur leur faim.

Wanalab est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

1 avis sur « Le Flic de Beverly Hills 4 sur Netflix : un retour nostalgique qui peine à captiver »

Partagez votre avis